La Critique est un art

La critique est un art, et tout le monde ne peut prétendre à savoir le manier.

C’est un art nécessaire, utile, mais uniquement quand il est bien utilisé. Dans le monde moderne, il est devenu à la mode de critiquer, de tout critiquer. Ecoutez vos voisins, amis, collègues… Tout le monde critique.

Enfin, si l’on peut dire…

 Ecoutez, écoutez bien les mots et les phrases. La critique devient systématique, est pire, elle est systématiquement négative et destructive, elle est agressive.

 Mais le plus amusant, c’est qu’en parallèle tout le monde parle d’humanité, d’acceptation de la différence, du droit à l’erreur, et lorsqu’on critique, on oublie ces valeurs en essayant de montrer ce qu’il y a de plus négatif dans celui que l’on critique !

 Humanité… Hypocrisie, oui ! Et surtout bêtise, monumentale bêtise du monde d’aujourd’hui.

 La critique d’aujourd’hui frise le harcèlement, l’insulte. C’est le plaisir de dénigrer, de rabaisser, ce n’est plus de la critique, c’est un jugement de valeur, jugement dans lequel le verdict est déjà prononcé.

 Le critique, la vraie, la véritable, a disparu, morte assassinée par des bien pensants, par la mode « je suis le meilleur, les autres sont nuls, il faut rabaisser à tout prix ».

 Ecoutez, écoutez les mots, les phrases dans la rue, dans les cafés… Chacun et chacune racontent sa journée à des amis, des proches, ils sont tous les meilleurs, les plus honnêtes, les plus travailleurs, tandis que le patron, le collègue, est nul, ne fiche rien et passe son temps sur internet… Jamais je n’ai entendu quelqu’un dire « j’ai fait une erreur ! ».

 La critique, elle n’est jamais si virulente, violente, blessante, négative, destructrice que quand elle est faite par quelqu’un qui ne prend même la peine d’essayer de faire le dixième de celui qui est critiqué !

 La critique, de nos jours, elle ne sert à rien, elle nulle et non avenue, car elle n’apporte rien.

 Prenons un exemple, un exemple de tous les jours, simplement matériel, le repas… Comment peut-on critiquer le repas de quelqu’un quand soi-même on ne cuisine pas ? J’entends critiquer comme on le fait aujourd’hui…

 La véritable critique serait de dire pourquoi on n’aime pas, pourquoi on aime, de dire ce que soi même on aimerait pour améliorer ce délicieux repas…

 Aujourd’hui, la critique est « C’est franchement immangeable, tu es nul(le) en cuisine …. », même si ce n’est pas vrai, car la critique est devenue une mode : il faut critiquer de façon négative pour paraître supérieur aux autres !

 Et par contre, essayez de critiquer un « critiqueur », il n’acceptera aucune remarque et n’attendra que des compliments.

 Alors, devant ces critiques modernes il reste peu de choix :

-       Critiquer à son tour et de façon encore plus violente, plus agressive

-       Tout faire pour mériter les compliments du « critiqueur », compliments qui ne viendront jamais, ne vous faites pas d’illusion

-       Indifférence, et ne travailler qu’avec les gens sains qui émettent de véritables critiques positives et constructives ! Là, de 2000 personnes qui vous rabaissent et vous détruisent, vous allez travailler avec 2, 3 allez, soyons optimistes, 4 personnes intelligentes qui vous aident par leurs critiques.

 Le critique d’aujourd’hui, c’est détruire en deux minutes un immeuble qui abritait cinq cents personnes, sans penser à le faire reconstruire, sous prétexte qu’on le trouvait laid.

 La vraie critique, c’est de voir les défauts et les qualités de l’immeuble, de prévoir et de travailler sur un nouveau bâtiment, de commencer sa construction, avant de détruire l’ancien, ou encore tout simplement d’apporter les améliorations nécessaires. Cela prend plus de place, plus de temps, plus d’effort, plus d’implication, mais cela est tellement plus humain, efficace, intelligent.

 La critique se doit être constructive, posée, et surtout réciproque.

 La critique est un art difficile.

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×