Tu es la mer

Tu es la Méditerranée, aves ses eaux chaudes et limpides,

Réunissant l’Occident, l’Afrique et le Moyen Orient,

Avec sa douceur de vivre, ses coups de vents imprévisibles,

Ses paysages magiques, de falaises, de plages, d’îles innombrables,

Avec son histoire riche en fabuleux évènements, en civilisations.

Combien de pays te bordent, plus d’une dizaine, combien d’ethnies…

 

Tu es l’Atlantique, et sa longue houle qui court,

Jusqu’à se fracasser dans le golfe de Gascogne,

Avec ses icebergs dangereux, prêts à faire sombrer

Les plus valeureux navires aux fonds des abysses,

Avec ses alizés merveilleux, qui vous mènent dans la volupté

Sur des rivages idylliques,

Avec son pot au noir, effrayant de calme et d’orages,

Jusqu’au Sud, où commence la fougue.

 

Tu es l’océan indien, violent, calme, difficile d’accès,

Il faut passer Bonne espérance, et lutter pour découvrir

D’autres merveilles, de la Réunion à Mayotte,

De Maurice à Madagascar,

La porte d’entrée, la grande porte vers ce que tu es.

 

Tu es la Pacifique, immense et sans limite,

Le calme assourdissant, aux tempêtes les plus sauvages,

Le désert le plus absolu, aux paysages irrésistibles,

Les grands albatros solitaires, la faune et la flore les plus riches,

On ne peut l’apprivoiser, on ne fait que s’y perdre,

De la quiétude des lagons de Polynésie, aux cinquantièmes hurlants,

Tu es inaccessible et pourtant si aimante.


Je ne suis que ce frêle esquif, ballotté sur tes flots,

Dérivant au grés de tes courants,

Je ne suis qu’un point minuscule sur ton immensité.

Mais jamais je ne me lasserai

De caresser les vagues de ton corps,

De planer sur les courbes que tu m’offres,

De me perdre à me damner.

 Guy Pasquet - 2011

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site